Extrait d'Ouvrage

 

Extrait de l'ouvrage

"La technique du Maître"

Raymund Andrea


Extrait du chapitre « Les illusions et la technique »

« En fait, pour surmonter l’ignorance, il faut, en premier lieu, posséder une idée claire du travail à accomplir ; et si le travail est long et difficile, cela ne nous avance à rien de nous bercer de l’apaisante illusion qu’il est facile et de courte durée — à l’instar de l’éponge dans sa passivité.

Aucun étudiant ayant voué son temps et sa peine à la science occulte ne peut nier qu’elle exige une âme d’une réelle envergure et nécessite des qualités mentales bien au-dessus de la moyenne.

L’intuition initiale de la longue tâche à accomplir et de la coopération qu’elle exige de l’homme tout entier a une immense importance ; car si cette intuition existe, si elle est pleinement acceptée, et si se manifestent ensuite une forte résolution pour la réaliser et la détermination à maîtriser les étapes de la discipline, alors, même sur le seuil, la voix du Soi se fait entendre avec force, bien qu’inarticulée, dans les profondeurs du Cosmos en éveil de l’homme, et c’est une promesse prophétique de succès. »


Extrait du chapitre « L’impersonnalité et la technique »

« L’aspirant occidental n’est pas appelé à une vie de contemplation ; il est voué indiscutablement, dans l’environnement où il vit, particulièrement important pour l’évolution de la race humaine, à une vie de service guidée par l’action personnelle. L’impersonnalité est une chose merveilleuse ; mais si l’on s’efforce de la rechercher à travers la contemplation, dans une vie d’inaction, on ignore totalement, à cause d’une interprétation erronée de l’enseignement le plus élevé de l’occultisme, la force et la beauté de la véritable spiritualité.

Que l’aspirant se reporte aux premières pages de ce livre et examine l’introduction de ce traité se rapportant à un artiste parvenu à l’état de maître. Pouvons-nous imaginer qu’un tel artiste puisse exprimer une technique mentale et manuelle avancée en s’étant simplement contenté, au fil des ans, de contempler son but avec passion, sans œuvrer lui-même pour perfectionner, à cette fin, tous ses instruments d’expression ? »